Editos 2021

Retrouvez ici tous les éditos de la Mission Ouvrière de Gironde durant l'année 2021.

Janvier 2021  - Avril 2021

EDITO DU MOIS 

Voici le message d'Espérance de notre Prêtre accompagnateur Antoine Brethomé. Pour cette nouvelle année : "Ouvrons nos fenêtres"

Image Voeux d'Antoine.png

"Marchons dans l’espérance !" 

J’invite à l’espérance qui « nous parle d’une réalité qui est enracinée au plus profond de l’être humain, indépendamment des circonstances concrètes et des conditionnements historiques dans lesquels il vit. 

Elle nous parle d’une soif, d’une aspiration, d’un désir de plénitude, de vie réussie, d’une volonté de toucher ce qui est grand, ce qui remplit le cœur et élève l’esprit vers les grandes choses, comme la vérité, la bonté et la beauté, la justice et l’amour. […] 

L’espérance est audace, elle sait regarder au-delà du confort personnel, des petites sécurités et des compensations qui rétrécissent l’horizon, pour s’ouvrir à de grands idéaux qui rendent la vie plus belle et plus digne ».

Fratelli tutti : 55 - Pape François

EDITO DU MOIS DE FÉVRIER À AVRIL 2021

Oui au logement pour tous ! Non aux squats et campements !

Un squat c'est l'échec de la politique d’un hébergement pour tous !

Un squat c'est l'échec d'une politique de l'immigration qui ne sait plus accueillir l'étranger dignement !

Mais un squat, c’est le seul lieu dans lequel un débouté du droit d’asile peut se réfugier, le seul lieu dans lequel les personnes qui n’ont plus de logement peuvent trouver un abri, le seul lieu dans lequel des étudiants peuvent avoir un toit !

Est-ce que c’est acceptable dans un pays aussi développé et riche que la France, dans une République fondée sur la liberté, l’égalité et la fraternité ?

Qu'est ce que la liberté pour les personnes, quelque soit leur origine, qui n’ont plus de logement ni de travail, pour les étrangers sans titre de séjour qui craignent chaque jour d’être expulsés ?

Qu'est ce que l'égalité sans logement, ce droit de l’homme premier, qui conditionne l’insertion ?

Qu'est ce que la fraternité sans le respect de chaque être humain ?

Les squats et les campements ne doivent plus exister !

Au regard de l’actualité, comment ne pas dénoncer l’incapacité des services de l'Etat et des collectivités à développer suffisamment de logement bon marché ? Quels réflexions et partenariats sont mis en place entre les associations, les initiatives citoyennes, les acteurs de terrain, les collectivités et les services de l’Etat ? Une fois expulsés des squats, comment sont suivi ces hommes, femmes et enfants ?

Comment ne pas dénoncer les plus de 22 000 logements inoccupés ? Les logements et les locaux vacants peuvent être réquisitionnés par les préfets depuis les ordonnances de 1945. Les différentes lois sur le logement, depuis une trentaine d’années, ont repris cette possibilité mais les textes ne sont pas appliqués ! Il faut se mobiliser au côté des organisations pour faire appliquer cette possibilité. Mais avant d’en arriver à la réquisition, ne pourrait-on pas mettre en place une véritable politique d’incitation des propriétaires à louer leur logement ? Certaines associations le font déjà, avec des résultats incontestables.

Oui, soyons toujours plus nombreux à créer et à vivre des solidarités !

La Mission Ouvrière de Gironde soutient les membres de ses composantes : l'Action Catholique des enfants, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, l'Action Catholique Ouvrière, les Prêtres et Religieuses en monde ouvrier et la Mission de la Mer, qui cheminent et luttent individuellement et collectivement pour un logement pour tous, l’accès à la santé pour tous et sans exception, un enseignement au service de l’émancipation de tous, un travail décent pour tous et, enfin, une vie épanouie !

C'est en vivant tout cela que nous sommes, au quotidien, les témoins du message de Jésus Christ, un message d'Amour et d'engagement au service des plus pauvres et avec ceux qui sont devenus les invisibles !

« Ce que vous faites au plus petit d'entre vous, c'est à moi que vous le faites ! »

La Mission Ouvrière de Gironde soutient tous ceux qui combattent les préjugés, qui sont plus fort qu'hier, qui résistent et luttent avec celles et ceux qui œuvrent pour une société plus juste et plus humaine.

                                                                                                                                              Jean Loïc Lafon

                                                                                                       Délégué Diocésain à la Mission Ouvrière

 Paroles de Pierre Claverie, évêque d’Oran en juin 1996, assassiné en août de la même année avec un jeune algérien musulman. 

"[...] Nous n’avons aucun pouvoir, mais nous sommes là comme au chevet d’un ami, d’un frère malade, en silence, en lui serrant la main, en lui épongeant le front.

A cause de Jésus parce que c’est lui qui souffre là, dans cette violence qui n’épargne personne, crucifié à nouveau dans la chair de milliers d’innocents.

Comme Marie, sa mère et saint Jean, nous sommes là au pied de la Croix où Jésus meurt abandonné des siens et raillé par la foule.

N’est-il pas essentiel pour le chrétien d’être présent dans les lieux de déréliction et d’abandon ?

« Où serait l’Eglise de Jésus-Christ, elle-même Corps du Christ si elle n’était pas là d’abord ?

Je crois qu’elle meurt de n’être pas assez proche de la Croix de son Seigneur.

Si paradoxal que cela puisse paraître, et saint Paul le montre bien, la force, la vitalité, l’espérance chrétienne, la fécondité de l’Eglise viennent de là. Pas d’ailleurs, ni autrement.

Elle se trompe, l’Eglise, et elle trompe le monde, lorsqu’elle se situe comme une puissance parmi d’autres, comme une organisation humanitaire ou comme un mouvement évangélique à grand spectacle.

Elle peut briller, elle ne brûle pas du feu de l’amour de Dieu, ‘fort comme la mort’ comme le dit le Cantique des cantiques. Car il s’agit bien d’amour ici, d’amour d’abord et d’amour seul. Une passion dont Jésus nous a donné le goût et tracé le chemin.

‘Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime’. "