Covid19 – Thomas 21 ans témoignent de sa vie pendant le confinement

Comme dirait un de mes profs de licence, « profitez de ce temps de confinement, lisez ! Lisez ! »

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

retrouver le témoignage de Thomas 21 ans
69090835_524631624972021_3031974382416166912_n.jpg

J’ai 21 ans, je m’appelle Thomas et suis en troisième année de droit à Bordeaux. Je suis confiné à Bègles. Je suis avec un prêtre ouvrier, qui m’héberge depuis 2 ans. Nous faisons donc les messes dans le salon, à deux. J’imagine bien être un des rares français à pouvoir bénéficier de l’eucharistie... J’ai hésité à rentrer chez mes parents et mes 3 frères et sœurs à St Médard-en-Jalles, mais ayant encore du travail, j’ai préféré rester au calme pour le réaliser. Je dispose d’un espace plutôt confortable, j’ai une grande chambre, une cuisine, ainsi qu’une cour avec un peu d’espace vert. Pour mes repas, j’ai fait des courses assez conséquentes est variées, avec de la viande, du poisson, des légumes, des laitages, afin de ne pas avoir à sortir rapidement.

J’ai une connexion internet fiable, ce qui me permet de réaliser vidéo-conférences avec la fac, ainsi que des appels vidéo avec mes amis. Je travaille, je lis, je construis une maquette de bateau, et regarde films et séries pour passer le temps. J’ai pu aller faire un footing il y a une semaine, la veille où la zone de déplacements a été restreinte à 1km autour de chez soi. Donc depuis, je ne suis plus sorti courir, j’irai peut-être me dégourdir les jambes dans ce rayon de 1km autour de la maison un peu plus tard. En attendant, je tonds la pelouse, et j’arrose des plantes qui m’ont été offertes au Lidl il y a deux semaines en allant faire les courses. Elles étaient certainement en rade, car peu de monde les aurait achetées pendant le confinement...

Je pense donc ne pas être à plaindre, je suis plutôt content de la situation de confinement dans laquelle je vis. Sans doute dans un mois cela commencera à être long. Cependant, je me pose des questions pour plusieurs échéances : quand passerai-je mon permis de conduire que j’étais censé passer début avril ? Quelles seront mes dates de partiels qui devaient avoir lieu début mai ? Quelle colo vais-je pouvoir faire cet été en tant qu’animateur ?

Malgré toutes ces questions, j’essai de relativiser, parce que certaines personnes de mon entourage ont été plus affectées. Ma sœur a dû rentrer à Bordeaux alors qu’elle était à Londres pour son stage de fin d’étude. Elle n’aura fait qu’un mois de stage sur quatre seulement. J’imagine sa déception...

Bon courage à tous, patience est mère de sagesse. Comme dirait un de mes profs de licence, « profitez de ce temps de confinement, lisez ! Lisez ! »

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+