La Pandémie et la Marine de commerce

Les marins du commerce ont été particulièrement touchés par la pandémie, tout en restant invisibles. En effet, les bateaux ont continué à circuler, (80% des denrées que nous utilisons nous arrivent par la mer), mais les marins sont restés strictement confinés à bord. Non seulement ils ne pouvaient pas aller à quai, mais beaucoup d’entre eux ont continué à travailler au-delà du nombre de mois prévus dans leurs contrats. Ils ne pouvaient pas être rapatriés (pas d’avions, fermeture des frontières …), et ils ne pouvaient pas être remplacés (chômage à l’autre bout de la chaîne.) Un vrai problème de santé mental chez les marins s’en est suivi : dépressions, suicides, épuisement physique, avec donc des incapacités à travailler, des accidents de bateaux … Cette situation , qui avait des retombées économiques, a finalement poussé les Etats à s’organiser.

Organisation Maritime Internationale, le 3 décembre 2020 :

Fin novembre, l'assemblée générale de l’Organisation des Nations unies a adopté une résolution demandant aux États de déclarer les marins et les gens de mer comme travailleurs clés et de faciliter les relèves d’équipage.
 
La résolution reconnaît « la nécessité d'une réponse urgente et concrète » pour résoudre la situation « des gens de mer bloqués en mer ou qui sont incapables de rejoindre les navires », s’est félicité l’Organisation maritime internationale (OMI), rejointe par de nombreuses structures internationales représentatives des armements ou des marins.
 
L’OMI a voté plusieurs protocoles pour assurer les relèves d’équipages depuis le début de la pandémie, mais face aux complications des déplacements internationaux, ils restent peu respectés. « J'espère que cet appel à l'action se traduira par un nouvel élan », a réagi le secrétaire général de l’OMI, Kitack Lim, dans un communiqué publié le 1er décembre. soulignant que « des centaines de milliers de gens de mer demeurent bloqués en mer depuis des mois, bien au-delà de la durée initiale de leurs contrats. Cette situation provoque une pression énorme, de la fatigue et de l'épuisement ».
 
La résolution a été proposée par l’Indonésie, à la tête d’un groupe de 71 pays qui demandent une action globale. Après un premier sommet mondial sur les relèves, qui s’était tenu à Londres en juillet, 13 pays, dont la France, avaient déclaré les marins comme travailleurs clés.
 
Compte tenu des espoirs d’une vaccination prochaine, Kitack Lim a déclaré qu'« en tant que travailleurs clés, les marins et les travailleurs maritimes devraient recevoir une vaccination prioritaire  ».

seafarers are key workers.JPG

L’action des Seamen’s Club est  particulièrement important en ce moment. La vente des cartes Sim, accès téléphone et internet, (qui permettent de communiquer avec les familles), les quelques courses faites pour les marins, délivrées en bas de la coupée, ce sont quelques occasions de relations pour les marins avec d’autres personnes que celles  avec qui ils sont confinés. C’est loin d’être négligeable. Aussi, dans les meilleurs cas, quelques marins peuvent-ils descendre à quai, et aller au Seamen’s Club.